Géorgie “zastenyalas” ses sanctions

Irina Jorbenadze Tbilissi

Les informations publiées sur le site Internet de l’Union européenne sur l’adhésion de la Géorgie à des sanctions contre la Russie, a provoqué une grave agitation à Tbilissi - surtout après le secrétaire de presse du président, Dmitri Peskov, la Russie ne se prononce pas sur la réponse de Moscou pour les pays qui ont rejoint les sanctions. Le chef du comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération, Konstantin Kosachev écrit dans son blog sur le site du Conseil de la Fédération: “Sur l’Ukraine et la Géorgie ne commente pas sur elle de la catégorie des” du pire “.

Beaucoup de gens en Géorgie, y compris dans les couloirs du gouvernement, ont haussé les épaules: “Avons-nous avons introduit des sanctions contre la Russie?” En d’autres “corridors” se frotter les mains: “Enfin, nous avons pensé mieux de lui et a donné le nez de la Russie.” Et se réfère à un communiqué de presse de l’UE, qui dit: “Les pays candidats dans le Monténégro UE et l’Albanie, les membres des pays de l’Association européenne de libre-échange Islande, le Liechtenstein et la Norvège, ainsi que l’Ukraine et la Géorgie se rallient à des sanctions contre la Russie.” Il est également noté que les sanctions seront valables jusqu’au 31 Janvier ici 2016.

Les gens dans l’incrédulité - Qui croire? D’une part, le gouvernement géorgien a initialement refusé de sanctions contre la Russie sur la Crimée et les événements en Ukraine. Le ministre des Affaires étrangères Maia Panjikidze enroulée que le gouvernement ne considère pas l’imposition de sanctions “moyen de sortir de la crise qui a émergé en Ukraine.” Une opinion similaire a été exprimée, et de nombreux experts estiment que l’introduction de sanctions contre la Géorgie, la Russie ne sera pas avoir pour effet de même une piqûre de moustique. Et pourquoi donc augmenter le bruit inutile, surtout depuis que le gouvernement a une politique de normalisation du commerce, le transport, les relations économiques, humanitaires et culturelles avec la Russie, qui a donné un certain effet en raison du format de la négociation des représentants spéciaux des deux pays - le diplomate Zourab Abachidze et sous-ministre russe des Affaires étrangères GBKarassine. Ce sujet a été fermé de telles sanctions au grand mécontentement de l’opposition géorgienne.

Cependant, récemment, le président de la Géorgie Giorgi Margvelashvili a déclaré que les sanctions internationales contre la Russie devraient non seulement maintenir, mais aussi de renforcer. Ayant à l’esprit les informations sur l’introduction des sanctions de l’UE contre la Géorgie, la Russie, la déclaration du président, qui agit souvent contre les décisions du parlement et le gouvernement semblait plutôt “de mauvais augure.” La question se pose - si le président a obtenu sur le gouvernement et sur le champ des sanctions, et ce qui se passe?

Cum dans les commentaires

5 August 2015

Dites - pas coupé! Toutes les déclarations scandaleuses Maria Gaïdar et “dégoûtant” Saakachvili et “la Crimée, en fait, notre” l
Kolomoisky préparation renversement énergique de Saakachvili

• La Géorgie et les négociations commencent UE sur le commerce libre et le régime sans visas »»»
Pendant la visite, qui a commencé aujourd’hui, le Haut Commissaire
• Russie ne fait pas partie à l'accord avec la Géorgie sur le transfert des condamnés »»»
Le gouvernement russe a approuvé la décision de ne pas devenir partie à l'accord avec la Géorgie sur le transfèrement des personnes condamnées à purger leur peine d'un pays à l'autre MOSCOU.
• La Géorgie a révélé les conditions de l'adhésion de la Russie à l'OMC »»»
Position de la Géorgie dans les négociations sur l’entrée de
• Sanctions Géorgie effrayant. La Russie ne sont pas inclus dans la liste de la Géorgie prodembargo que les sanctions sont insignifiantes pays »»»
RF kontrsanktsii pas touché la Géorgie, que les mesures prises par les dirigeants géorgiens vers la Russie sont insignifiants.
• Sarkozy est devenu un mythe de la Géorgie espoir de rejoindre l'OTAN »»»
Tbilissi, à ce stade ne voit pas l’OTAN comme une fin en soi, a déclaré lors d’une conférence d’aujourd’hui, vice-ministre des Affaires étrangères Nino Kalandadze.