Sondage: les citoyens de la Géorgie dans son ensemble ne prend pas en charge la politique anti-russe

Plus de la moitié de la population de la Géorgie - 59% des répondants de la branche locale de l’Institut national démocratique de la population américaine du pays - ne pas accepter la politique actuelle des autorités géorgiennes en ce qui concerne la Russie, a déclaré aux journalistes le lundi à Tbilissi, le chef de ce bureau Luis Navarro, un correspondant du journal LOOK à Tbilissi.

À cet égard, at-il dit, interrogé une vision positive de l’ouverture de la poste-frontière à Kazbegi-Lars, en faveur de la reprise de communication directs et réguliers entre les deux pays, ainsi que l’appui des négociations en vertu de la consultations de Genève sur la sécurité dans le Caucase.

Le sondage a été effectué 24 Juin - Juillet 5 en Géorgie entre 2053 personnes. Selon l’institut, l’erreur ne dépasse pas trois pour cent.

Après la guerre, en août 2008, la Géorgie a rompu les relations diplomatiques avec la Russie.

Comme il a déjà rapporté par le journal VOIR, seulement 59 pour cent des personnes interrogées souhaiteraient voir la Géorgie dans l’OTAN à des degrés divers. Lors d’un référendum sur la question en 2008, le nombre de partisans de l’adhésion à l’OTAN était de 77 pour cent.

26 July 2010 | politique et le pouvoir, population, relations, russie, sondage

Saakashvili a nommé au poste de ministre fille 28-ans, parce qu’elle danse bien striptease
Little Géorgiens sont appris à haïr

• La Russie et la Géorgie révèlent border »»»
Communication directe ouvert de Mars 1, entre la Russie et la Géorgie: resumes des frontières fonctionnent checkpoint Kazbegi - Lars supérieur.
• A la frontière russo-géorgienne aura ouvrir des magasins en franchise de droits »»»
A la frontière russo-géorgienne (Kazbegi - Lars) ouvrira des boutiques duty-free.
• L'OTAN n'était pas abandonné le projet pour la Géorgie et l'Ukraine dans l'alliance. »»»
L’OTAN n’était pas abandonné le projet pour la Géorgie et l’Ukraine dans l’alliance.
• SPIEGEL: documents non publiés de la Mission internationale d'enquêter sur les circonstances du conflit dans le Caucase, contiennent des éléments de preuve de la culpabilité dans le premier président géorgien Saakachvili »»»
Les documents, qui sont sur la table, de Genève, les bureaux de la commissaire, Mme Heidi Tagliavini, répond en russe, la Géorgie et l'Ossétie du Sud et abkhaze sur les questions soulevées par la Commission.
• "Rosaviatsia" réfuté les données sur la reprise des liaisons aériennes entre la Russie et la Géorgie vols »»»
La Fédération de Russie du transport aérien Office a refusé d’information, que le présumé le 23 août, a été repris ses vols réguliers entre la Russie et la Géorgie.